Lettre du candidat argentin à la direction générale de l'AIEA

Viernes 2 de Agosto de 2019

Ce vendredi 2 août, l'Argentine présentera l'Ambassadeur Rafael Grossi au poste de Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le plus important forum mondial sur les questions nucléaires. Voici quelques mots sur sa gestion s'il était choisi.

Rafael Mariano Grossi

L’Agence internationale de l’Énergie atomique est un acteur clé parmi les institutions internationales. Avec le mandat singulier de promouvoir les avantages des utilisations à des fins pacifiques de l’énergie nucléaire et de garantir qu’il n’y ait pas de prolifération d’armes nucléaires, tout en favorisant la plus vaste coopération technique entre ses États membres, l’AIEA a du prestige et du soutien partout dans le monde.

L’Agence évolue dans un contexte international marqué par des changements rapides et des nouveaux besoins et défis. Son rôle central pour la prévention de la propagation des armes nucléaires, les demandes croissantes concernant les énergies propres, les aspirations légitimes à une meilleure vie dans les pays en développement et la nécessité de maintenir les normes les plus élevées en matière de sûreté et de sécurité des activités nucléaires sont autant d’enjeux convergeant sur l’Agence et mettant en relief son importance actuelle et son rayonnement futur.

Ceci exige de la part de la génération actuelle à l’AIEA une disposition à comprendre et la disposition à impliquer tous ceux qui doivent prendre part au débat, des Méthodes et approches de gestion efficaces et la volonté de communiquer en permanence. Cette mission doit être accomplie avec de l’empathie et de l’ouverture.

Le monde place beaucoup d’attentes sur l’AIEA et je m’engage fermement à aligner l’Agence aux standards le plus exigeants à la mesure de son rôle et de ses responsabilités.

SÛRETÉ ET SECURITÉ

Contribuer à la protection du public fait partie de notre responsabilité fondamentale.

En collaboration avec les États membres, nous travaillons pour mettre à la disposition des Normes de Sûreté et des Directives de Sécurité qui s’ajoutent au paysage règlementaire des nations nucléaires mûres et favorisent les utilisations pacifiques de l’atome.

L’Agence peut prévoir des tendances et des besoins, sur la base des expériences et des pratiques recueillies dans chaque pays. De nouvelles conceptions et des approches d’ingénierie innovantes défient les modèles du passé et exigent des règlementations appropriées.

La sûreté nucléaire a connu un progrès considérable, notamment à la suite de l’accident qui s’est produit à Fukushima Daiichi. Les opérations des réacteurs, accompagnées d’inspections et d’entretien en service, se sont également améliorées.

Cependant, il faut travailler davantage pour encourager une culture de sûreté étendue.

Il existe un ensemble considérable de législation en vigueur dans de nombreux pays et les organismes de contrôle acquièrent de l’indépendance et de l’autorité, mais ils leur manquent encoure souvent les ressources.

VÉRIFICATION NUCLÉAIRE GARANTIES

La vérification nucléaire doit rester au cœur même du rôle et de l’activité de l’Agence. Sa contribution à la paix et à la sécurité internationales est inextricablement liée à l’application des sauvegardes.

La gestion des crises de prolifération est du ressort des États, mais aucun accord ne sera soutenable sans le regard équilibré, technique et impartial de l’inspection internationale que ne peut être assurée que par l’Agence.

L’AIEA continuera à exercer ce rôle d’une manière solide et juste au nom et au bénéfice de tous les membres.

Dans ce sens, le dialogue et la coopération continus avec les États et les autorités régionales sont des préalables.

Première centrale nucléaire Atucha II à charge de combustible

ÉGALITÉ DES SEXES

La parité des sexes sera d’une importance capitale. Une tendance positive a permis une amélioration autour de 30% dans la proportion des femmes aux échelons professionnelles et dans les plus hautes catégories, il reste nécessaire de s’efforcer davantage pour atteindre l’égalité au sein du Secrétariat.

Ceci devient particulièrement important dans le cadre d’une organisation étroitement liée à la science. Les femmes y compris les jeunes femmes auront égalité de chances à l’AIEA. En qualité de International Gender Champion, j’y tiens fermement.

COOPÉRATION TECHNIQUE

C’est une noble tâche de l’Agence, un véritable outil de transformation pour les pays en développement qui doit être approfondi et rendu plus efficace.

Les Programmes de CT doivent être conçus sur la base des priorités et des besoins des États, qui sont leur destinataires et devraient les diriger.

Néanmoins, l’Agence peut devenir le meilleur partenaire, de par sa disposition à fournir des conseils sur la base des leçons apprises et de l’expérience acquise.

La santé, la sécurité alimentaire, la gestion de l’eau, parmis d’autres, continueront à bénéficier des techniques et des applications nucléaires dansles prochaines années.

Turbogrupo Atucha II

ÉNERGIE NUCLÉAIRE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le développement durable est un cadre global qui inclut et est lié à l’énergie nucléaire. Le soutien à la mise en œuvre de l’ODD 17 du point de vue technologique et de l’innovation fournit la preuve du potentiel et de la promesse de la contribution du nucléaire.

Des centaines de millions de personnes dans le monde n’ont pas d’accès à l’électricité et même des pays avec un approvisionnement électrique suffisant doivent faire face au double défi d’une demande en rapide augmentation et des préoccupations écologiques.

L’énergie nucléaire est une source énergétique fiable et à faible émission de carbone que nombre de pays envisagent ou adoptent comme part de leur mix énergétique, dans le cadre de leurs efforts visant à atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies, tout en assurant l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous.

L’Agence Internationale de l’ Énergie a confirmé que pour parvenir à une réduction des émissions de CO2 au rythme et en fonctions des objectifs de l’Accord de Paris, le nucléaire fait partie du bouquet énergétique dans un nombre croissant de pays. Un regard objectif et lucide sur la situation sur le terrain suffit pour confirmer cette affirmation.

GESTION DE L’AGENCE

L’adoption d’approches visant « l’ensemble de la maison » (one-house approaches) est devenue habituelle dans le cadre du récit institutionnel de toute organisation internationale.

La mention est elle-même le reflet d’un problème plus répandu que ce qui est souvent admis. L’Agence a davantage à faire en vue d’harmoniser ses multiples activités comme des parties intégrées d’un tout cohérent.

En tant que Directeur général, je garderai fermement le cap vers un esprit de collégialité et de coopération entre les Départements. C’est le moindre que méritent les États membres.

La transparence et un dialogue fluide et direct avec tous seront la norme.

L’AIEA peut être fière de la qualité et du dévouement de son personnel.

À travers ses liens étroits et de longue date avec les institutions nucléaires de tous ses États membres, elle recrute toujours les meilleurs et plus brillants scientifiques et technologues nucléaires. Cela doit toujours faire partie de la politique des ressources humaines.

Ambassadeur Rafael Mariano Grossi

SUR L’AUTEUR

Rafael Mariano Grossi est un diplomate de carrière argentin avec plus de trente-cinq ans d’expérience professionnelle dans le domaine de la non-prolifération et du désarmement.

Il a un diplôme en Sciences politiques de l’Université catholique d’Argentine, un master en Relations internationales et un doctorat en Histoire et politique Internationale, ces deux derniers de l’Université de Genève, Institut de hautes études internationales.

Galería: 

Contenidos relacionados